Quelles aides financières puis-je recevoir pour ma garde d’enfants ?

En tant que parents qui faites garder vos enfants, vous avez la possibilité de recevoir certaines aides financières et des avantages fiscaux. Nous faisons le tour de toutes les possibilités que vous avez pour réduire vos frais de garde. Suivez le guide !

Vous avez prévu une soirée entre amis et vous êtes à la recherche d’une personne de confiance qui gardera vos petits ? Vous reprenez le travail après un congé de parentalité et vous avez opté pour une garde d’enfants à domicile à temps plein ? Votre horaire de travail termine bien plus tard que les horaires scolaires et vous avez besoin que quelqu’un aille accueillir les enfants à la sortie d’école et les ramène à la maison, dans le cadre d’une garde périscolaire ? Quelle que soit la situation, la babysitter ou la nounou est toujours là pour vous sauver la mise. En effet, un peu comme un bras droit, elle vous seconde durant toutes vos absences. Autant dire que cette aide précieuse vous facilite grandement la vie. Seul bémol : cela demande un investissement financier. Alors, comment faire pour atténuer les coûts ? Quelles sont les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre ?

Les aides de la CAF

10,02 € de l’heure : c’est la rémunération minimale - basée sur le SMIC horaire - d’une babysitter ou d’une nounou. Mais ce n’est pas la seule chose que vous aurez à payer. Selon le contrat fixé entre les parents employeurs et leur employée, plusieurs dépenses (congés payés, indemnités kilométriques, etc.) peuvent s’ajouter à la rémunération horaire de la Sitter.

Heureusement, le prix du babysitting pourra considérablement être revu à la baisse grâce aux coups de pouce financiers octroyés par la Caisse d’Allocations Familiales, la CAF ou la MSA (la Mutualité Sociale Agricole) via le complément libre choix du mode de garde (CMG) de la Paje (prestation d'accueil du jeune enfant).

En principe, cette aide consiste en une prise en charge d’une partie des coûts générés par la garde à domicile, en fonction de vos revenus, de l’âge de l’enfant à garder et du nombre d’enfants à charge du foyer. Ainsi, l’intervention de la CAF peut concerner jusqu’à 85% du prix de la garde. Le CMG peut également être cumulé si vous avez plusieurs enfants dans les âges concernés, couvrir les cotisations sociales liées à votre employé, voire être cumulé avec le PreParE (Prestation Partagée d’éducation de l’Enfant) sous certaines conditions.

Pour obtenir cette aide, vous devez faire une demande à la CAF dès votre nourrice ou votre babysitter embauchée. Celle-ci déclarera votre salariée auprès du centre national Pajemploi. Ensuite, inscrivez-vous sur le site de Pajemploi. De là, vous pourrez déclarer les revenus de votre nounou : soit via un carnet de prestation, soit directement en ligne. Le Pajemploi se chargera alors de calculer les cotisations sociales liées au salarié et lui enverra une attestation de travail.

Le crédit d’impôt

Les services d’une babysitter ou d’une nounou à domicile font partie des services d’Aide à la personne. Ceux-ci vous donnent donc accès à un crédit d’impôt à hauteur de 50 % des sommes réellement engagées dans la garde de votre enfant. Lorsque l’on dit “réellement engagées”, c’est-à-dire qu’il s’agit du montant que vous avez payé pour votre aide à domicile après l’intervention de toutes les aides financières possibles. A ce jour (mars 2019), la limite de plafond du crédit d’impôt varie entre 12 000 € et 15 000 €, en fonction du nombre d’enfants que vous avez à charge. Il peut même être majoré dans certaines situations spécifiques (parent invalide, par exemple). Néanmoins, renseignez-vous sur les sites officiels pour avoir les renseignements les plus récents et connaître le montant des aides en vigueur actuellement .

Cette somme est directement déduite sur le montant de vos impôts. Mieux encore, dans le cas où vous ne payez pas (assez) d’impôt, le fisc vous restituera votre crédit d’impôt sous forme de chèque, car il s’agit bien d’un crédit et non d’une réduction d’impôt.

Autres aides financières

Outre ces aides précédemment citées, votre ville, votre département ou même votre entreprise peuvent vous proposer des aides supplémentaires, notamment via des CESU (Chèque Emploi Service Universel) préfinancés.

La garde partagée : une solution à retenir

Pour diviser le coût de la garde à domicile par deux, les foyers sont de plus en plus nombreux à recourir à la garde partagée. Reconnu par la CAF, ce mode de garde consiste à engager une babysitter ou une nounou avec une autre famille pour garder ensemble les enfants durant quelques heures ou en fonction des besoins récurrents, dans l’un et l’autre domicile. L’avantage de ce mode de garde est que le prix et les charges sociales sont partagés entre les familles, selon les nombres d’heures effectuées et le nombre d’enfants concernés de chaque famille. Bsit vous propose d’ailleurs de vous mettre en relation avec d’autres familles proches de vous et également intéressées par ce type de garde.

Envie de trouver les Sitters recommandé(e)s par vos amis?