La crèche

En fin de congé parental, vous cherchez un mode de garde qui corresponde à vos besoins et celui de votre enfant ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les crèches : les différentes sortes de structures, les tarifs appliqués, les atouts et les points faibles. Nous vous expliquons tout !

S’il y a bien un mode de garde d’enfants traditionnel que les parents choisissent après leur congé parental, leur congé de paternité ou leur congé de maternité, c’est sans nul doute la crèche. Son succès ne décroît pas avec le temps. D’ailleurs, trouver une place en crèche pour son bébé est parfois compliqué, surtout si l’on habite dans une grande ville ou, au contraire, dans un endroit qui n’offre pas beaucoup d’infrastructures. Ce type de garde est particulièrement apprécié parce qu’il vous assure que votre enfant soit choyé par des professionnelles de la petite enfance (puéricultrices, auxiliaires parentales, éducatrices, etc.) et vous propose un tarif adapté à vos revenus.

Tout savoir sur la crèche

La crèche est une structure collective qui accueille les bambins âgés de deux mois à trois ans (jusqu’à quatre ans dans certains établissements). Selon le type de crèche que vous choisissez, elle peut accueillir entre 3 et 50 enfants, âgés de deux mois et demi à 3 ans en général, dans un cadre spécialement conçu pour le bien-être et la sécurité des tout-petits. Ces derniers sont gardés par des professionnels de la petite enfance, comme des puéricultrices, des auxiliaires de puériculture ou des éducatrices. Mais, ils peuvent également compter sur la présence d’un pédiatre et d’un psychologue qui leur garantit un suivi médical régulier.

Disposant généralement du CAP petite enfance ou du DEAP (Diplôme d’État d’Auxiliaire Parentale), le personnel de la crèche répond aux besoins de vos bambins et s’assure de leur santé et de leur épanouissement. En outre, ils contribuent à leur socialisation, leur éducation et à leur éveil à travers différentes activités et des jeux adaptés à leur âge. Patients et bienveillants, ils assurent leur sécurité et leur confort durant les repas, les jeux, les activités et la sieste.

Les crèches reçoivent leur agrément des pouvoirs publics et sont placées sous le contrôle de la PMI (Protection Maternelle et Infantile). Il en existe plusieurs types différents :

  • Crèche collective (ou crèche municipale ou départementale) : accueil d’une cinquantaine d’enfants, encadrés par plusieurs professionnels, dont la gestion dépend de la municipalité ou du département dans lequel elle se situe.
  • Crèche familiale : la garde est effectuée au domicile d’une assistante maternelle, qui est elle-même engagée par municipalité. L’assistante peut accueillir au maximum 3 enfants ayant jusqu’à 3 ans et emmène ses petits protégés à la crèche collective une à deux fois par semaine.
  • Crèche parentale : il s’agit ici d’une structure associative, mise sous la tutelle d’une association de parents. Elle a une capacité d’accueil de maximum 25 enfants et peut offrir des possibilités de garde périscolaire pour les enfants jusqu’à 6 ans.
  • Micro crèche : la micro-crèche est une structure qui accueille jusqu’à 10 enfants. Elle est un juste milieu entre la crèche collective et la crèche familiale. Il peut s’agir d’une crèche privée (gérée par un gestionnaire privé, par exemple) ou d’une crèche publique (gérée par le département, la commune ou un établissement public).
  • Crèche d’entreprise : ici, c’est l’entreprise qui met à la disposition de ses employés une structure d’accueil pour leurs enfants. Ce type de crèche concerne majoritairement les très grandes entreprises et est considérée comme un avantage offert aux salariés.

Si vous souhaitez trouver une crèche agréée pour votre enfant, vous devez vous y prendre à temps ! Dès le 3ème mois de grossesse, inscrivez votre futur bébé dans la crèche que vous préférez et, si elle n’a pas de place disponible, inscrivez-vous dans sa liste d’attente… et dans celles de plusieurs autres crèches ! De cette manière, toutes les chances seront de votre côté.

Le prix d’une crèche

Aujourd’hui encore, nombreux sont les parents qui optent pour la crèche pour la garde de leurs enfants en journée. De fait, l’inscription en crèche présente de multiples atouts pour eux comme pour les bambins mais surtout est très avantageuse au niveau financier.

Idéale pour les petits budgets, les familles à revenus modestes ou les familles nombreuses, la crèche est reconnue comme étant une solution de garde moins onéreuse. De fait, son coût se calcule en fonction du nombre d’enfants à garder et des ressources des parents. Qui plus est, ces derniers peuvent bénéficier d’une réduction d’impôts et d’aides de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales), comme pour les autres modes de garde.

A titre d’information, si vous souhaitez faire garder un enfant pendant cinq jours par semaine, que le revenu net mensuel de votre foyer est de 2000€ et que vous n’avez qu’un enfant à charge, vous payerez environ 250 à 300 €/mois pour la garde votre enfant dans une crèche publique (chiffres de janvier 2019). Ces prix peuvent être augmentés dans les crèches privées.

Les alternatives à ce type de garde

Vous n’avez pas trouvé de place en crèche ou vous n’êtes pas convaincu par le nombre d’enfants élevés dont celles-ci s’occupent ? Des alternatives existent : vous pouvez notamment faire appel au service d’une babysitter pour une garde périscolaire ou d’une nounou à domicile pour une garde d’enfants à temps plein. Les coûts de cette dernière peuvent être divisés par deux si vous optez pour une garde partagée. La jeune fille au pair est également une solution si vous avez besoin d’une garde à domicile. De même, l’assistante maternelle pourra vous être d’une grande aide.

En résumé, les avantages de la crèche sont nombreux : d’une part, elle promet une sécurité optimale et une surveillance rigoureuse. De quoi sécuriser grandement et particulièrement les jeunes parents puisque cette structure d’accueil est composée d’une équipe pluridisciplinaire (éducateur, pédiatre, psychologue, etc.), bien formée et compétente. D’autre part, une crèche bénéficie de locaux sûrs régulièrement contrôlés par la PMI et respecte des normes d’hygiène strictes. Mais ce qui fait surtout la force de ce mode de garde, c’est l’assurance de ne pas s’occuper des soucis administratifs et de payer la crèche en fonction de sa rémunération. Néanmoins, ses problèmes principaux sont le manque de places disponibles, ainsi que le nombre d’enfants présents dans l’infrastructure.

Envie de trouver les Sitters recommandé(e)s par vos amis?