Le congé parental, la crèche ou la nounou à domicile : que choisir ?

Vous hésitez entre prendre un congé parental, mettre votre enfant à la crèche ou engager une nounou à domicile ? Nous vous expliquons les avantages et inconvénient de chaque option.

Être parent est le plus beau métier du monde, si bien que l’on aimerait prolonger les moments d’intimité avec bébé pour le voir grandir, assister à ses premières fois : premier rire, première dent, premier pas... Justement, prendre un congé parental peut être l’occasion de ne rien rater de tout cela. Mais, c’est un mode de garde qui est loin de satisfaire tous les parents. En effet, certains ont besoin d’avoir une vie professionnelle et sociale en dehors de leur foyer pour s’épanouir, d’autres ne peuvent tout simplement pas s’offrir le luxe d’arrêter de travailler pendant un certain temps. Pour ceux-là, embaucher une nounou ou mettre le petit à la crèche est assurément la solution la plus avantageuse - et ce, peu importe l’âge de l’enfant. Néanmoins, avant de choisir un mode de garde pour votre petit bout, pesez bien le pour et le contre.

Congé parental : comment cela se passe ?

Selon la loi française, le congé parental d’éducation est une période de congé pouvant être prise par l’un des deux parents salariés lors d’une naissance ou de l’adoption d’un enfant ayant au maximum 16 ans.

Les conditions du congé parental

Dès lors qu’un jeune parent a au moins un an d’ancienneté dans une entreprise au jour de l’arrivée de son enfant, l’employeur devra lui octroyer, s’il en fait la demande, un congé parental - congé complet ou pris sous la forme de travail à temps partiel. Pendant ce temps, le contrat sera suspendu ou, dans le cas d’un temps partiel, est modifié par avenant. Le parent qui prend le congé ne peut donc avoir d’autre emploi durant ces mois, à l’exception de celui d’assitant.e maternel.le. Bon à savoir : un congé parental d’éducation à temps partiel doit couvrir au minimum 16 heures par semaine.

Quand et comment demander son congé parental d’éducation ?

La demande doit se faire par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre contre décharge. Si vous comptez prendre votre congé parental juste après votre congé de maternité ou d’adoption, vous devez en informer votre patron au moins un mois avant la fin de celui-ci. Si non, deux mois avant le début du congé. De même, s’il souhaite renouveler son congé parental, il devra avertir son employeur un mois avant le prolongement du congé.

Quelle est la durée du congé parental ?

La durée maximale initiale du congé parental dans le cadre de l’arrivée d’un enfant est de 12 mois, mais celui-ci est renouvelable deux fois - du moment qu’il prenne fin avant le jour du 3ème anniversaire de l’enfant. Cette limitation est la même lorsque vous avez 2 enfants arrivés simultanément, mais doit se finir avant la date d’entrée à l’école maternelle. Si vous en avez 3 ou plus, le congé initial reste de 12 mois, mais est renouvelable 5 fois et à prendre avant le 6è anniversaire des enfants. Le congé parental doit être pris de manière continue.

Quels revenus pendant le congé ?

Le congé parental permet aux parents de passer du temps avec bébé. Fini les enchaînements de nuits blanches et de journées chargées de travail, vous avez la possibilité de suivre votre propre rythme. Mais surtout, vous avez l’opportunité de tisser des liens forts avec votre tout-petit. Malheureusement, le côté matériel ne suit pas toujours. Arrêter de travailler au profit d’un congé parental est loin d’être avantageux financièrement. Pour le foyer, cela signifie une perte d’argent non négligeable.

En effet, durant le congé parental, le parents en congé n’est plus payé par l’entreprise - hormis dans le cadre d’un travail partiel pour lequel il sera rémunéré proportionnellement à ses heures de travail prestées. S’il en fait la demande, par contre, il peut percevoir une allocation de base liée à la Paje et, sous différentes conditions, peut bénéficier d’un complément via la PRéParE (Prestation Partagée d’Education de l’enfant).

Pour donner une idée rapide des montants qui peuvent être perçus, l’allocation de la Paje se situe à ce jour (janvier 2019) entre 85,36 € et 170,71€ - en fonction de votre nombre d’enfants à charge et du revenu net du foyer. Celle du PréParE va de 396,01€ en cas d’activité totalement interrompue à 256,01€ dans le cadre d’un temps partiel. Attention : la durée des versements de la PréParE et de la Paje ne coïncide pas toujours avec la durée du congé parental - renseignez-vous bien avant de choisir la durée de votre congé ou de prendre la décision de le prolonger.

Votre revenu va donc considérablement baisser. Il faut donc bien réfléchir avant de prendre une décision et calculer ses budgets avec précision.

La crèche : la solution la plus courante

Différents types de crèche existent : la crèche collective (qui peut accueillir jusqu’à 60 enfants), la crèche parentale (jusqu’à 25 enfants) et la crèche familiale (une assistante maternelle agréée qui garde jusqu’à 4 petits chez elle). Autre possibilité, si votre employeur vous en donne l’opportunité : la crèche d’entreprise - où votre petit sera avec les enfants des autres employés.

Les crèches sont tenues par du personnel professionnel (auxiliaires puéricultrices, assistantes maternelles, éducateurs, etc.) et sont contrôlées par la PMI (Protection Maternelle et Infantile).

Elles ont pour avantage de favoriser la socialisation de bébé, qui sera entouré d’autres enfants, et d’être assez facilement accessibles au niveau administratif. Elles sont également, pour les crèches collectives en tout cas, l’alternative la moins chère de toutes celles qui s’offrent à vous au niveau de la garde d’enfant externe - d’autant plus que vous payez en fonction de vos revenus et que vous bénéficiez d’un crédit d’impôt sur les frais de garde.

Néanmoins, la crèche implique des déplacements matin et soir pour aller déposer et rechercher votre enfant et c’est à vous de vous adapter à ses horaires, et non l’inverse. Cela peut poser problème si vous avez des horaires de travail décalés ou si vous travaillez plus qu’un temps de travail “normal”. Enfin, votre enfant ne bénéficiera pas d’une attention exclusive - ce qui n’est pas problématique en soi, mais peut vous déranger.

L’alternative idéale : confier bébé à une nounou

Pour les parents qui doivent ou veulent reprendre le travail après le congé de maternité/paternité, engager une nounou à domicile est une alternative à la crèche. En effet, ce mode de garde multiplie les avantages :

  • Pas de contrainte pour votre enfant : il n’a pas besoin de suivre votre rythme et garde ses repères, car il reste à la maison.
  • La nounou est engagée de manière ponctuelle en fonction de votre emploi du temps : à temps plein, une journée par semaine, etc.
  • L’embauche d’une nounou à domicile vous donne droit à des avantages fiscaux.
  • Vous bénéficiez du complément de libre choix du mode de garde (Clca) versé par la CAF.

Par ailleurs, une nounou à domicile s’occupe de plusieurs tâches, notamment :

  • Préparer le repas de votre bout chou.
  • L’emmener au parc.
  • Jouer avec lui pour stimuler son développement psychomoteur.
  • S’occuper de quelques tâches ménagères 1 à 2 heures par jour : faire des courses d’appoint, faire le ménage, laver et repasser le linge de bébé…

Ce profil multitâche de la nounou vous permettra d’avoir du temps pour vous et votre bébé lorsque vous reviendrez de votre journée de travail.

Mais à côté de tous ces avantages, il y a également des inconvénients :

  • Une nounou à domicile est une solution plus pratique, mais également plus onéreuses que les autres. Cependant, des aides financières sont disponibles pour réduire les coûts et Bsit propose des aides administratives pour les obtenir.
  • Par ailleurs, en tant que parent employeur, vous devez vous occuper de nombreuses démarches administratives.

Bsit vous propose de nombreux profils de nounous et d’assistantes maternelles à domicile. Vous bénéficiez, en plus, des notes et avis des autres parents qui ont déjà confié leurs enfants à la professionnelle en question. L’idéal pour faire le bon choix !

Un imprévu ? La babysitter comme aide ponctuelle

Vous pouvez également faire appel à une babysitter pour garder bébé en cas d’indisponibilité de la nounou ou de rendez-vous important pendant votre congé parental. Bien entendu, vous devez vous assurer qu’elle a les capacités requises pour s’occuper d’un nourrisson. Sur Bsit, vous trouverez une catégorie “babysitting de jour” qui traite spécialement des gardes en journée, pendant les horaires de travail. Vous pourrez également sélectionner les Sitters qui se disent capables de s’occuper des enfants de moins d’un an via le tag “Nourrissons (<1an)”.

Envie de trouver les Sitters recommandé(e)s par vos amis?