Quel salaire pour ma nounou ou ma babysitter ?

Vous ne savez pas quels tarifs sont en vigueur pour les babysitter ou les nounous ? Vous aimeriez pouvoir établir un budget à propos d’une garde à domicile à temps complet ? Les prix changent-ils en fonction des périodes ou du nombre d’enfants ? Nous vous donnons toutes les informations nécessaires !

“À quel prix faut-il payer sa babysitter ou sa nounou ?” : c’est la question que l’on se pose tous lorsqu’on engage une babysitter pour garder notre bout de chou. 5 euros, 10 euros, 20 euros ? Plusieurs éléments interviennent dans la rémunération de la nounou ou de la babysitter : la localité, la fréquence de garde, le moment, l’offre et la demande, l’expérience de la Sitter, les services rendus, etc. Mais une chose est sûre, il est interdit de la rémunérer en dessous du SMIC horaire ou du salaire minimum conventionnel, sauf exception.

Prix d’une babysitter : que dit la loi ?

Généralement, contrairement à une assistante maternelle ou une crèche, une babysitter est payée à l’heure, même si vous pouvez éventuellement lui proposer un forfait pour certaines prestations. Dans tous les cas, il faut fixer le tarif d’un commun accord avec la Sitter et ce, avant sa prestation.

Selon la loi, la rémunération de base de la Sitter doit être au minimum le SMIC horaire ou le salaire minimum conventionnel, en fonction de celui qui est le plus élevé. En janvier 2019, le SMIC horaire brut était de 10,02 € et le salaire minimum conventionnel brut de 10,21 € à 10,52 € - en fonction des tâches et des qualifications de la Sitter. C’est donc le salaire conventionnel, étant celui qui est le plus élevé, qu’il faudra prendre en compte.

Une exception existe : si votre babysitter a entre 14 et 16 ans, son tarif minimal sera de 80 % du SMIC horaire, si elle en a 17, de 90%.

Les variations possibles ?

Comme on l’a dit plus haut, le prix de la garde à domicile dépend de plusieurs facteurs.

Tout d’abord, le prix varie en fonction des prestations de la babysitter (cuisine, aide aux devoirs, garde d’animaux, etc.) ainsi que de ses qualifications. Par exemple, si votre nounou est une assistante maternelle agréée ou possède un CAP petite enfance, le salaire minimum conventionnel brut sera le plus élevé (10,52€), alors qu’il n’est que de 10,21 euros brut si la Sitter n’a pas de certification. De même, si les enfants dormiront la majorité du temps du babysitting, le prix peut être revu à la baisse. Le nombre d’enfants à garder entre en compte également. Si elle est chargée d’une famille nombreuse, la babysitter sera plus rémunérée qu’en cas d’enfant unique.

Par ailleurs, le tarif horaire est soumis à une variation géographique : il n’est pas le même à Paris ou à Angers. En effet, le prix de la vie y est différent. Aussi, le salaire moyen à la capitale sera plus cher de 1 ou 2€ par heure qu’en province.

Enfin, la date de la garde. Une babysitter ne reçoit pas le même salaire un soir ordinaire et le soir du 31 décembre. En effet, la demande sera plus grande et l’offre drastiquement réduite. Votre Sitter n’aura que l’embarras du choix parmi les différentes propositions qui lui seront faites, si elle travaille cette soirée-là. Si elle ne souhaitait pas garder des petits à cette date, vous devrez alors la convaincre avec un salaire horaire ou un forfait très avantageux. Il est habituel de doubler le montant d’une prestation pour des soirs spéciaux tels que le Nouvel An ou le Réveillon.

Pour ce qui est de la nounou, en revanche, qui ne travaille normalement pas le soir, les jours fériés ne sont pas plus rémunérés que les autres (hormis le 1er mai) - qu’elle soit à temps plein ou à temps partiel. En effet, c’est lors de l’établissement du contrat que vous choisirez d’un commun accord quels sont les jours fériés chômés et ceux qui ne le sont pas.

Quels frais supplémentaires prévoir ?

Vous savez donc le salaire horaire minimum à offrir à votre nounou ou votre Sitter. Mais d’autres frais sont à penser si vous souhaitez faire un budget. Vous devez bien garder en tête ces montants lors de vos démarches administratives. En effet, ils vous seront nécessaires pour la rédaction du contrat de votre salariée, pour la déclarer au Pajemploi ou au CESU, etc.

Ces frais concernent notamment les indemnités kilométriques de la Sitter, ses frais de transport, ses congés payés, ses éventuelles heures supplémentaires et les assurances que vous devez prendre en tant que parents employeurs. Ces différents frais doivent être mentionnés dans le contrat qui vous lie avec la Sitter, de même que la manière dont vous aller mensualiser le salaire de la nounou à domicile. Si vous ne vous en sortez pas dans ces démarches, faites appel à la FEPEM, la Fédération de Particuliers Employeurs de France.

Quelles aides financières puis-je obtenir?

Plusieurs aides financières sont proposées aux parents pour la garde de leurs enfants. La CAF (Caisse d’Allocations Familiales), notamment, aide énormément à réduire le budget de la garde - via le CMG (complément du libre choix du mode de garde), par exemple, ou la prise en charge des charges sociales. De plus, un avantage fiscal peut vous être offert : une réduction fiscale ou un crédit d’impôt de 50 % sur les sommes engagées pour votre nounou à domicile, votre assistante agréé, votre crèche ou tout autre moyen de garde d’enfants.

En savoir plus sur les aides financières

Il est également possible de recourir à une garde partagée, pour diviser le salaire par deux. Il s’agit d’employer une nounou à temps partiel ou à plein temps avec une autre famille, qui deviendrait co-employeur avec vous. L’organisation de la garde est plus complexe, mais le prix drastiquement réduit.

Envie de trouver les Sitters recommandé(e)s par vos amis?